Link verschicken   Druckansicht öffnen
 

Mamie Kim

4

by Cécile L.

 

Nom : L.

Prénom:  J.

Pseudonyme: Mamie Kim
Sexe : Féminin  

état civil : mariée
Lieu de naissance : Yébleron ( village de Seine Maritime)
Lieu de résidence : Saint Hilaire en Lignières, village à la campagne (Cher)
Nationalité : Française

 

A l’époque     

 

Date de naissance : 1933
Enfance :

Avec mes parents et mes deux sœurs, un peu difficile car mon père a payé pour la faillite de son propre père jusqu’après la guerre. En 39, nous vivions près des usines Renault , (site sensible d’être bombardé)  et mon père travaillait  chez  Bréguet (construction d’avions et il y avait souvent des alertes la nuit. Le jour, nous allions à l’école avec un masque à gaz et comme j’étais petite, j’avais un tube qui faisait le tour de ma taille !)
L’école a proposé de mettre une trentaine d’enfants à l’abri dans le Massif Central dans une maison de santé. J’étais à la fois triste de quitter mes parents, mais il y avait un petit parfum d’aventure pour une enfant insouciante des enjeux et j’étais avec mes grandes sœurs qui veillaient un peu sur moi.


Quand les Allemands sont arrivés à Paris, Mr Leduc qui travaillait sur un prototype d’avion révolutionnaire (propulsé non plus avec hélice mais avec Stato réacteur) a décidé de tout quitter en emportant seulement dans une camionnette le prototype inachevé, pour qu’il ne tombe pas dans les mains des Allemands et en emmenant précipitamment les personnes qui travaillaient sur le projet. Ils se dirigeaient initialement vers Bordeaux, mais cette ville étant tombée aux mains des Allemands, ont bifurqué vers Toulouse, où ils ont caché le prototype dans la chapelle d’un château, au risque d’être emprisonnés, ou pire. Une fois installés à Toulouse, de façon très spartiate vu l’urgence (nous avons déménagé plusieurs fois), mon père est venu nous rechercher dans le Massif Central. Nous avons pu poursuivre notre scolarité à l’école secondaire à côté d’eux.  

 

Vie adulte :

Pendant 3 ans, j’ai pris des cours à l’EPDI (Arts et Métiers) dans le dessin industriel ) où prenait aussi des cours celui qui allait devenir mon mari.


J’ai travaillé pendant 3 dans un bureau d’études à Neuilly dans une entreprise d’électricité (la SGE), en faisant 1h1/2 de trajet  à l’aller comme au retour. Je me suis mariée en 1954 et mon 1er enfant est né l’année suivante, il ne m’était pas possible de continuer, même si j’aimais beaucoup mon  travail et même si  mon chef de bureau était venu me demander de continuer.


Nous avons quitté la région parisienne en raison du travail de mon mari. J’ai eu 4 enfants en 6 ans et ne manquais pas d’occupation car je cousais et tricotais et leur faisais tous leurs vêtements mais je n’ai pourtant jamais regretté mon choix.


Nous allions souvent voir mes beaux-parents le Dimanche , tant que nous avons été dans la région parisienne ou nous jouions aux cartes avec des amis .


Nous allions en vacances au bord de la mer, en location ou dans la famille.

 

Aujourd’hui


Remarques sur le vieillissement, les difficultés, les moyens de bien vieillir :
Quand j’étais jeune, je ne me projetais pas dans l’avenir et ne pensais pas à ce que serait le 3èmeâge ; j’ai eu de nombreux problèmes de santé divers et variés, (20 opérations) plus ou moins graves, mais cela n’a pas atteint mon optimisme  et j’essayais de prendre cela avec humour. Je n’ai pas d’angoisse de vieillir, mais j’ai la chance d’avoir encore mon époux, et nous avons une retraite convenable,  cela aurait été différent si j’avais été seule. Avec mon mari, nous avons fait le choix  plutôt que de voyager à travers le monde, de restaurer une maison ancienne avec un grand terrain à la campagne  pour recevoir amis, enfants et petits-enfants pendant les vacances. Nous avons de nombreuses occasions (anniversaires, baptêmes, anniversaires de mariage ou autres ) de réunir plusieurs dizaines de personnes pour un week-end et 1, 2 ou3 dizaines qui restent pendant plusieurs jours encore .


Quand mes petits-enfants étaient avec nous en vacances (14 en tout), je les faisais
travailler en s’amusant et c’est moi qui leur ai appris les tables de multiplication. Nous avons fait partie pendant de nombreuses années d’un club service partage dont mon mari a été président pendant 6 ans. Nous sortions, recevions et voyagions pas mal.
Le jardinage et les recherches généalogiques(depuis plus de 20 ans) occupent beaucoup de mon temps.


J’ai 13 classeurs pleins et suis remontée pour notre famille jusqu’à Hugues Capet ! Passionnant et je continue mes recherches…
Médias utilisés : avant, je regardais les informations à la télévision, mais je suis saturée par les excès journalistiques . Je me tiens au courant sur ma tablette. Je suis à l’aise avec  l’ordinateur et avec Internet ; parmi mes amies proches, l’une est à l’aise, l’autre pas.


Ce qui me motive c’est de recevoir, de créer une ambiance, de renforcer les liens familiaux.


Notre rôle, c’est de cultiver l’ouverture aux autres, la fraternité et de savoir avoir un esprit critique  pas seulement sur les autres, mais aussi sur soi.
Le message pour les jeunes générations serait de savoir mettre en pratique  le proverbe « aide-toi , et  le ciel t’aidera ».

1
2
3